Comment se servir d’une Serfouette ?

L’inventaire d’une collection d’outils de jardin peut sembler austère. C’est en fait une poésie infinie parce que chaque objet raconte une histoire, un savoir-faire.

A lire en complément : Quels sont les avantages de la pergola en aluminium ?

Dans une grange en Wallonie

« La beauté des outils de jardin est indissociable du savoir-faire du jardinier. » Dans son château familial du Cotentin, Guillaume Pellerin a rassemblé près de quatre mille outils faits à la main . Mon rapport a été photographié dans une grange en Wallonie, en Belgique. Mon père avait rassemblé une collection plus modeste de deux mille objets, bêche, jardinières, cisailles, cisailles, mais aussi des outils de la ferme et de la vie d’un village d’autrefois. (pour découvrir ce collection d’outils , cliquez sur le lien).

Lire également : Comment se servir d'une griffe de jardin ?

Outils faits main

Du Moyen Age au milieu du siècle dernier, la tâche du jardinier a peu changé. Il doit pêcher, râper, désherber, élager, semer, récolter… La plupart des outils en bois sont fabriqués par le jardinier lui-même tandis que le forgeron coupé les lames de son outillage. Certains sont même décorés de fleurs, de feuilles, de cœurs, ou marqués avec les initiales de son propriétaire. Transmis de père en fils , cet outillage est resté longtemps archaïque, d’extrême lourdeur.

Pour creuser et tourner le sol : fer ou dents

Bêche, louche, bêche

La bêche est le plus utile de tous les instruments du jardinier. Il est utilisé pour creuser et remuer la terre . En retournant la couche superficielle du sol, le déversement aère la terre, détruit les mauvaises herbes, les engrais enterrés, facilite la germination et la pénétration des racines des plantes. La bêche est un outil en fer durci , forme trapézoïdale, mince à partir du bas, plus épais par le haut, ajuster verticalement sur une manche. Le fer est plus ou moins concave afin de pouvoir retourner plus facilement la terre bien agitée. Le fer est large et court pour le travail lumière et sol abonné. Il est long et étroit pour les sols lourds et argileux . Une traverse au-dessus de la lame permet d’appuyer sur le pied de manière à doubler la force du bras avec celle du poids corporel. Le bêche est également nommé louche dans quelques provinces. La bêche fourchue ou le crochet plat est utilisé pour remuer le sol argileux et têtu, caillouté, dur et collant où il pénètre mieux que la bêche. Il permet également une pelle délicate entre arbustes et arbres fruitiers sans endommager les racines. La bêche est disponible dans une version plus petite avec le bechelon ou le transplanteur . Le fer creusé dans la gouttière vous permet de vous débarrasser des mauvaises herbes ou de déplanter et de transplanter les semis.

Pelle

La pelle se compose d’une plaque de tôle d’acier. L’outil est utilisé pour la manipulation du sol, du charbon, du sol ou du sable. Il est utile dans les terrassements , pour le transport de pommes de terre et betteraves et pour la réalisation de chemins de jardin. La pelle à grain est faite de bois. Petites pelles sont également utilisés pour déloger les mauvaises herbes et transplanter des semis.

Hue

C’est l’outil le plus primitif , la charrue du pauvre. Un geste millénaire de l’homme qui soulève l’outil au-dessus de sa tête, puis l’a laissé tomber avec force pour frapper la terre. Il est tranché à un angle et soulevé au-dessus de la surface du sol. La houe est un instrument incliné avec une longue poignée, armé d’une lame de fer. oblique oblique. Il est utilisé pour herser, labourer et d’effectuer les travaux préparatoires des betteraves, des pommes de terre, du maïs, en règle générale de toutes les plantes semées en ligne.

Pioche

Cet instrument agricole et cultivateur est généralement formé d’une partie pointue, le pic, et une partie large et forte, la rupture, les deux reliés par un œil où la poignée s’adapte. La pioche est utilisée pour descendre. Parfois, l’échec est remplacé par deux ou trois dents . Il est ensuite utilisé pour le labourage léger et le houage. Il est proche de houe fourchue et a l’avantage de ne pas sectionner les racines des arbres fruitiers ou des arbustes ornementaux.

Pour émietter la terre et enlever les mauvaises herbes : griffes et lames minces

Houe à tirer ou rasoir

Le houing est utile pour desserrer le sol superficiellement, désherber la terre à la surface pour l’aérer et couper les herbes indésirables. Si elle est faite régulièrement, elle maintient le sol humide en freinant l’évaporation de l’eau et empêche la germination des mauvaises herbes. Très légère, la houe est un petit outil équipé d’un fer mince et plat ou des dents connectées à la poignée à l’aide d’une prise de col de cygne. La pointe du fer est utilisée pour tracer les sillons pour les semis et plantations.

Woketer

Les mauvaises herbes sont l’élimination des herbes nocives qui s’accompagne d’un assouplissement du sol en surface. Les plantes qui exigent un désherbage fréquent sont les pommes de terre, les betteraves, les rutabagas, les topinambours, les carottes, les navets, les panais, le chou et les citrouilles. Le désherbeur a une lame plate plus ou moins large équipé d’une poignée longue ou courte. Il est parfois utilisé pour soulever la plante destinée à la transplantation.

Griffe

Equipé de 2 à 5 dents assemblées dans une griffe étroite, nous utilisons la griffe pour le revêtement . Il permet un mouvement de rotation pour houer le terrain léger, enterrer les engrais et déloger les mauvaises herbes. Les dents laissent passer les cailloux. Nous enlevons les grands mais nous laissons les petits parce qu’ils aèrent la terre. Il existe des modèles de griffes à manche court pour le travail dans un pot. Le cultivateur est équipé de 3 à 5 dents pliées et finies avec de petits éperons qui pénètrent dans le sol comme une herse quand il est tiré . Il est utilisé pour s’effriter et même le sol après la bêche. Le grattoir Désherbage sans effort des parterres de fleurs et des planches de légumes.

Serfouette

C’est un outil à double usage avec un fer étroit et un côté fourchu . La serfouette se compose d’un manche en bois encastré dans un palier à douille en fer d’un côté une lame étroite et plate et de l’autre, deux ou trois dents. Le côté fourchu sert à émietter le sol ou lutter contre les mauvaises herbes avec des racines profondes. La lame est utilisée pour scarifier les cultures. Il coupe les mauvaises herbes qui affleurent le sol. L’outil est bien adapté à un houage léger autour de plantes très serrées telles que les salades ou les oignons dans le potager. Le côté pointu sert également à tracer les sillons pour aligner les semis ou de repiquage.

Pour la coupe et la coupe : lames et crochets

Hache, frappée et scie

Axe est un outil ancestral monté sur une poignée en bois. Initialement faite de pierre sculptée, c’était une arme de combat en gros plan. Elle est maintenant formée une lame en fer ou en métal. Nous l’utilisons pour couper du bois . La bosse est utilisée pour abattre des arbres ou pour fendre du bois. La scie est formée à partir d’une fine lame en acier dans laquelle de petites dents sont coupées. Il est utilisé pour couper des arbres et des branches.

Serpe

Les branches d’arbustes sont taillées avec une serpe ou un serpent . Serpe est une sorte de couteau à manche épais, droit ou arqué, dont la lame unique est tranchante, arquée et pointue . Cet instrument produit une section pointue évitant l’écrasement du côté opposé de la lame, tout comme un cisaillage ou un sécateur. C’est un outil indispensable pour le cultivateur qui l’utilise pour greffer et élaguer les arbres fruitiers.

Emondoir

L’élagage consiste à enlever les jeunes branches inutiles et nuisibles d’un arbre fruitier ou d’un arbre ornemental. Doublée de plusieurs parties tranchantes, elle permet de couper des branches en hauteur sous différents angles . Un crochet est parfois ajouté pour effacer les branches taillées et les plier jusqu’au sol. (Corrigé : les trois dernières photos sont des émousses marinier)

Sécateur

Mélange habile entre ciseaux et pinces, le sécateur est une sorte de cisaillement aiguisé qui est utilisé pour couper les tiges des plantes herbacées et de petites branches de buissons . Le sécateur à ressort est remis d’une main. L’une des mâchoires en forme de croissant sert de point de support pour la branche, tandis que la lame tranchante, qui forme l’autre mâchoire, rend il est possible de le couper très franchement. Une bride ou un ressort en spirale contrôle l’écart des mâchoires. Écaillage manœuvres avec deux mains pour couper de grosses brindilles. Le cisaillement est utilisé pour tailler les topiaires, les haies et les bordures de buis. Elle divise le bois en le coupant.

Pour la récolte et la cueillette : lames et bêches

Faucille

La faucille est formée d’une lame d’acier incurvée sous la forme d’un croissant. Nous l’utilisons pour couper les céréales ou tondre les herbes . La faucille est manipulée avec la main droite, tandis que la main gauche tient les herbes ensemble dans un paquet. Un paysan habilement peut couper en un jour 15 à 25 ares avec la faucille, le triple avec le faux.

Faux et Fléau

Le faux se compose de deux parties. La lame secte les tiges et la poignée en bois sert à la fois à transmettre l’effort et à guider le mouvement de la lame. C’est une fine tôle d’acier, tranchante par l’un de ses bords et renforcée par une nervure sur le bord opposé au bord. Lorsque la faux est armé, un cadre en bois est ajouté à la poignée destinée à recueillir les tiges coupées et de faciliter leur dépôt régulier sur le sol. La lame est aiguisée par battage, c’est-à-dire par martelage à froid sur une enclumette . L’affûtage se fait pendant le travail à l’aide d’un couteau ou d’une pierre que la faucheuse porte dans un cercueil. La peste est utilisée pour le battage des céréales. Il se compose d’une chauve-souris en bois dur reliée par une cravate en cuir souple à une poignée. C’était un travail douloureux et dangereux.

Râteau

Monté sur une poignée en bois avec des dents en bois, en fer ou en fer, le râteau sert émietter la terre et enlever les petits cailloux, avant d’effectuer des semis ou des plantations. Le râteau à dents de fer permet de pulvériser les moûtes de surface terre fraîchement labourée, pour niveler la zone, pour enterrer les graines semées à la volée, pour ramasser les pierres, les racines et autres éléments ennuyeux qui pêche labourage a apporté à la surface. D’autres râteaux permettent d’enlever l’herbe fauchée du gazon et de recueillir les feuilles tombées sur les passerelles .

Fourchette

en bois ou en fer, à deux dents ou plus, la fourche est utilisée pour la manutention du fourrage, du fumier, de la paille ou du compost. Le paillis étalé sur la surface réduit l’évaporation du sol, empêche la terre de durcir et d’étouffer les mauvaises herbes. Paille au printemps et paillis enterré comme engrais en automne. La fourchette en bois est faite d’un seul morceau de bois de frêne, d’orme ou de châtaignier. La fourche en fer ou en acier est fixée à la poignée par une douille.

Fourchette au crochet

Près du fang ou de la houe avec de fortes dents incurvées, crocheté fourche est un outil puissant mais plutôt lourd à manipuler qui permet niveler le sol en profondeur avant le semis . Les fourches à dents pointues conviennent au terrain pierreux. Fourches avec de larges dents et égale à bon terrain de jardin. L’outil est également utilisé pour arracher les pommes de terre et enlever le fumier des écuries.

Pour la plantation et l’arrosage : jardinière et arrosoir

Jardinière et corde

La mise en place des semis se fait grâce à un pot . Il s’agit d’une pointe en métal ou en bois avec une poignée droite ou incurvée qui est utilisé pour faire des trous pour installer des poireaux, chou-fleur ou de jeunes fleurs à planter. Pour les grandes plantes, un transplanteur est utilisé qui ressemble à une petite pelle. La corde est utilisée pour tracer les alignements planches, sentiers et parterres de fleurs et sert de guide pour le semis et la plantation en ligne droite. C’est une longue corde qui est attachée aux deux extrémités à un petit pieu autour duquel il est enveloppé lorsque vous avez fini de l’utiliser.

Arrosoir

Les plus anciennes canettes d’arrosage ont été Terre cuite . Ils étaient aussi lourds que fragiles. Au XVIIIe siècle, les arrosoeurs des belles maisons brillent avec tous leurs cuivre . Ils varient principalement en fonction de la taille et de la forme de leur poignée. Plus tard dans les fermes de notre campagne , les arrosoies seront faites de zinc, de tôle ou de fer . L’arrosoir est plus ou moins ventre ou aplati sur les côtés avec une poignée arrondie en demi-cercle. Certains ont une pomme amovible, d’autres ne le font pas, ce qui permet d’ajuster le débit d’eau.

Pour tirer, transporter, marquer, attraper…

Col et harnais

Les accouplements de bœufs, de vaches et de chevaux tirent des chariots de bois chargés de foin, de céréales ou de betteraves. Ils ont également travaillé toutes sortes d’outils pour travailler la terre, chaume, trembler, desserrer la terre, rouler… Le collier est la partie principale du harnais animal détroit . Il est doublé d’une sorte de coussin rembourré qui entoure le cou en se penchant sur les épaules.

Miroir avec alouettes, etc…

Marquage des bovins fer, force à tondre les moutons, masque d’abattoir, pièges à mâchoires contre les ravageurs, tondeuse à gazon, racleur allée, brouette tronc ou civière, miroir alouette, boîte à outils, seau, semoir, sabots…

Ce rapport présente une petite partie des outils de 2006 qui ont été Collection de Georges-Patrick Speeckaert à Malèves-Sainte-Marie, Belgique. Elle a fait l’objet d’un inventaire précis et laborieux de ma sœur Isabelle, assistée de Vincent, qui a photographié tous les outils. Fait dans le froid et la poussière d’une grange, ce L’œuvre bénédictine a donné une seconde vie à cette collection unique maintenant disparue.

Source et illustrations : ‘Larousse agricole’, Encyclopédie illustrée éditée par E. Changrin et R. Dumont, Paris, volume premier 1921 et volume second 1922

Une partie de la collection d’outils est maintenant dans la belle Ferme du Mont-Saint-Jean , près du Lion de Waterloo.

Vous découvrirez mon rapport sur le Collection d’outils de mon père et la vie d’un village et l’histoire de « Bon jardinier » dans la section Découvertes, Portraits, ou cliquez sur les liens.

Elle a fait l’objet d’un inventaire précis et laborieux de ma sœur Isabelle, assistée de Vincent, qui a photographié tous les outils. Réalisé dans le froid et la poussière d’une grange, cette œuvre bénédictine a donné une seconde vie à cette collection unique maintenant disparue.

Source et illustrations : Larousse agricole’, Encyclopédie illustrée éditée par E. Changrin et R. Dumont, Paris, volume premier 1921 et volume second 1922

Une partie de la collection d’outils est maintenant dans la belle Ferme du Mont-Saint-Jean , près du Lion de Waterloo.

Vous découvrirez mon rapport sur le Collection d’outils de mon père et la vie d’un village et l’histoire de « Bon jardinier » dans la section Découvertes, Portraits ou cliquez sur

ARTICLES LIÉS